RationalWiki's 2020 Fundraiser

There is no RationalWiki without you. We are a small non-profit with no staff – we are hundreds of volunteers who document pseudoscience and crankery around the world every day. We will never allow ads because we must remain independent. We cannot rely on big donors with corresponding big agendas. We are not the largest website around, but we believe we play an important role in defending truth and objectivity.

If everyone who saw this today donated $5, we would meet our goal for 2021.

Fighting pseudoscience isn't free.
We are 100% user-supported! Help and donate $5, $20 or whatever you can today with PayPal Logo.png!

Donations so far: $3500Goal: $3500

Père Noël

From RationalWiki
Jump to: navigation, search
This is a French translation of Santa Claus.
Comme toutes les bonnes personnes, le pére Noël aime les chèvres.
Gather 'round the campfire
Folklore
Icon folklore.svg
Folklore
Urban legends
Superstition

Le Père Noël est un personnage dont l'existence est controversée, généralement décrit comme un vieil homme aimable qui distribue des cadeaux à tous les enfants sages du monde pendant la nuit du 24 décembre.[note 1] 85% des enfants aux États-Uni croient au père Noël[1] Selon les résultats d'au moins un sondage, 50% des américains, enfants et adultes, croient au père Noël.[2]

L'existence du Père Noël est irréfutablement prouvée par la distribution de cadeaux.[note 2] Ceux qui ne croient pas au père Noël affirment généralement que ce sont les parents des enfants qui achètent et emballent lesdits cadeaux, explication manifestement bancale: il semble en effet difficile à admettre que presque tous les parents de l'Occident soient impliqués dans une gigantesque conspiration internationale[note 3]. L'explication la plus parcimonieuse est qu'un homme barbu en surpoids fait le tour du monde en une seule nuit, dans un traîneau tiré par des rennes, distribue des cadeaux à des millions d'enfants. Tout ce qu'il faut faire c'est croire en Dieu... Pardon... Tout ce qu'il faut faire c'est croire au père Noël et il-n'y-a plus de mystères.

Origines[edit]

Le mythe du père Noël se base surtout sur le personnage du saint chrétien Nicolas de Myre. Le caractère du père Noël qu'on connait aujourd'hui a évolué grâce aux influences des préchrétiennes traditions alpines et germaniques , ainsi que du folklore néerlandais et scandinave. Par certains aspects, le Père Noël ressemble à Odin, le dieu de la mythologie nordique qui, selon la tradition, faisait des voyages en hiver afin de punir ou récompenser les gens.[3] Une autre influence importante est celle du Father Christmas, personnage issu du folklore britannique qui à l'origine n'avait rien à voire avec saint Nicolas.

Nicolas de Myre[edit]

Icône de saint Nicolas dans une église orthodoxe.

Nicolas de Myre, connu également comme saint Nicolas ou Nicolas de Bari car ses restes se trouvent dans la ville de Bari en Italie depuis le XIe siècle,[4] est un saint chrétien. Il est né entre 270 et 280 et est mort le 6 décembre 349 ou 350. Il était évêque de la ville de Myre en Lycie, province de l'Empire romain oriental (actuellement Demre en Turquie). Des chrétiens catholiques et orthodoxes croient que saint Nicholas continue à faire des miracles jusqu'à nos jours.

Dans beaucoup de pays d'Europe, y compris en Belgique et dans quelques régions de France (la Lorraine et l'Alsace notamment), on dit que saint Nicolas distribue des cadeaux aux enfants le 6 décembre, le jour de sa fête; il est généralement secondé par un deuxième personnage chargé de punir les mauvais enfants (ou au moins de les terroriser). En français, ce compagnon est souvent connu comme "le Père Fouettard", "Hans Trapp" en allemand. Le plus terrifiant compagnon de Saint Nicolas est sans doute "Krampus", le démon qui l'accompagne en Autriche et dans quelques régions d'Allemagne.[5] Mais son compagnon le plus controversé est Zwarte Piet («Pierre le Noir») le serviteur maure de saint Nicholas qui voyage avec lui aux Pays-Bas. Ce rôle est généralement joué par un homme blanc grimé en noir. La tradition est donc considérée aujourd'hui comme raciste.[6]

Le nom Santa Claus, nom habituel du Père Noël en anglais, vient de Sinterklaas, déformation de Sint Niklaas, qui singnifie «saint Nicolas» en néerlandais.[7]

Légendes religieuses[edit]

Selon la tradition, Nicolas est né à Patara en Lycie et ses parents étaient riches. Dans La Légende dorée, un recueil de récits hagiographiques écrit par le chroniqueur italien Jacques de Voragine au XIIIe siècle, on peut lire comment le petit Nicolas ne buvait du lait du sein de sa mère qu'une fois par jour, le mecredi et le vendredi. Selon d'autres récits, le jeune Nicholas passait la plupart de son enfance dans l'église et il se leva dans son bain pour prier peu après sa naissance. Cependant, la dernière histoire concernait à l'origine un autre Nicolas, mais se trouve dans un livre sur Nicolas de Myre écrit en grec au IXe siècle.

Des légendes de saint Nicholas liées a son rôle du père Noël, l'ami des enfants et le distributeur des cadeaux, sont la légende des trois garçons, le miracle des trois vierges et le miracle des blés.

Miracle des trois vierges

Un homme très pauvre habitait dans une ville de Lycie. Il croyait qu'il lui serait impossible de marier ses trois filles car il n'avait pas les moyens financiers de payer leurs dots. De plus, il était désespéré au point de penser que le seul moyen de gagner un peu d'argent serait de vendre ses fille à un bordel ou à un marchand d'esclaves. Saint Nicolas entendit parler des problèmes de la pauvre famille et il décida d'employer l'argent qu'il avait hérité de ses parents afin de faire le bien.

Pendant la nuit, Nicolas sortit de chez lui avec un petit sac d'or à la amin et jeta le sac d'or à travers la fenêtre de la chambre de la fille aînée. Grace à l'or qu'elle reçut, la fille n'eut plus à envisager de devenir prostituée ou esclave et put se marier.

Le mois suivant, Nicholas répéta la même opération. Le mariage de la deuxième fille du pauvre eut lieu quelques jours plus tard.

À sa troisième sortie, Nicolas fut surpris pas le père des jeunes filles. Celui-ci a dit à Nicolas comment il était heureux et le remercia. Nicolas lui répondit «Il vaut mieux remercier Dieu, car ce n'est que grâce à sa volonté que tout est possible. De plus je vous prie de ne jamais rien dire à personne à propos de comment je vous ai aidé.» Il est cependant évident que l'homme ne sut pas tenir sa langue.

Miracle des blés
Les trois garçons, frais comme l'oeil après un petit bain de sel.

Selon la légende, des récoltes insuffisantes avaient amené une famine en Lycie. Des bateaux chargés de blés venant d'Alexandrie arrivèrent au port de Myre et Nicolas demanda au capitaine s'il pouvait donner des grains aux habitants affamés de la ville. «Pas question » dit le capitaine. «Notre cargaison a été soigneusement pesée et mesurée à notre départ d'Alexandrie. Si on trouve que la cargaison a diminuée lorsque j'arriverai à destination, je serai sévèrement puni.» Cependant, Nicolas parvint finalement à persuader le capitaine, et le blé ainsi obtenu permint non seulement de de nourrir les habitants de Myre et de sa région pendant deux ans, mais également de réaliser des semailles lorsque les conditions climatiques redevinrent favorables. Quant au convoi de blés, les douaniers qui le contrôlèrent lorsqu'il arriva à destination constatèrent que la cargaison n'avait en rien diminué. Miracle![8]

Une autre version de la même légende raconte qu'un marchand italien avait planifié d'envoyer des navires chargés de blés en Egypte. Le marchand a fait un rêve dans lequel saint Nicholas lui a dit «N'envoyez pas vos bateaux en Egypte. Si vous envoyez vos bateaux en Lycie, je vous paierai trois pièces d'or.» Au moment de son reveil, le marchand a trouvé qu'il avait trois pieces d'or dans la main. C'était suffisament impressionant pour le marchand. Il a envoyé ses navires en Lycie et c'était donc la fin de la famine.[9]

Légende des trois garçons

En matière de résurrection, Saint Nicolas faisait aussi bien, voire mieux que Jésus lui-même. Selon la légende, un boucher avait tué trois garçons et dépecé leurs cadavres comme ceux de porcs avant de les mettre dans un saloir, où ils restèrent sept ans. Saint Nicholas découvrit le crime du boucher et, ressucita les enfants avec seulement trois doigts.[10], ce qui fait paraître la résurrection de Lazare pas très impressionnante en comparaison.

Father Christmas en Grande-Bretagne[edit]

C'est à boire, à boire, à boire, à boire. C'est à boire qu'il nous faut.

Father Christmas est un personnage du folklore britannique. À l'origine, c'était une personnification du Noël qui n'avait rien à voire avec saint Nicolas. Pendant longtemps il n'était pas vu par les anglais comme l'ami des enfants mais plutôt comme le symbole du Noël des adultes, c'est à dire la fête des abus de table et de boisson.

Selon nos conaissances, la première fois qu'on a écrit sur une personnification du Noël c'etait dans un chant de Noël probablement écrit au moyen du XVe siècle par un curé anglais appellé Richard Stuart. La chanson parle des gens qui attendent l'arrivé de Sir Christemas, qu'on peut traduire comme «le chevalier Noël» ou «Monsieur Noël». Une œuvre très importante dans l'histoire du personnage est Christmas, His Masque, une pièce du dramaturge anglais Ben Jonson dont la première représentation était en 1616. Le Father Christmas de la pièce a neuf enfants dont les noms sont ceux d'objets ou d'actions liés à Noël, et se moque des puritains qui souhaitent empêcher les gens de s'amuser le jour de Noël. Les livrets An Hue and Cry After Christmas («On recherche le criminel Father Christmas») de 1645 et The Examination and Tryal of Father Christmas («L'interrogation et le procès de Father Christmas») de 1658 évoquent les efforts des puritains d'abolir la fête de Noël pour toujours en Angleterre. Dans les deux livrets, on parle de Father Christmas comme victime innocente des puritains.

Ce n'était qu'au cours des années 1840 que les anglais recommencèrent à fêter Noël avec enthousiasme, redécouvrant en même temps Father Christmas. Les illustrations britanniques du début de XIXeme siècle montrent habituellement Father Christmas avec un bol à punch dans les mains et une couronne de houx sur la tête. Sur les illustrations en couleurs il porte souvent (mais pas toujours) des vêtements rouges.

Au cours des années 1870, probablement sous l'influence des traditions européennes de saint Nicholas et américaines de Santa Claus, les anglais commencèrent à imaginer Father Christmas comme "le type qui amène les cadeaux le 24 décembre".[11] la plupart des gens au Royaume-Uni aujourd'hui considèrent Father Christmas et Santa Claus comme les deux noms d'un même personnage.

«Père Noël» est une traduction littérale de Father Christmas. Selon nos conaissances, la première mention du nom «Père Noël» en français écrit se trouve dans le numéro de La Revue comique à l'usage des gens sérieux du 23 décembre 1848.[12] Le personnage qu'on connaît aujourd'hui comme le Père Noël dans les pays francophones est peu ou prou le même personnage connu comme Father Christmas ou Santa Claus dans les pays anglophones.

Le père Noël et le christianisme[edit]

Les chrétiens qui n'aiment pas le père Noël[edit]

Rejoignez le côté obscur. Nous avons des cadeaux!

Certains chrétiens n'aiment pas de tout le père Noël. Quelques-uns le considèrement comme responsable de la disparition de la signification religieuse de Noël, d'autres vont jusqu'à le définir comme un mauvais substitut laïque de Jésus (avec quelques années et quelques kilos en plus, apparemment).[13]

Selon quelques chrétiens, le père Noël est même un avatar du diable lui-même, d'une part parce que tous les deux seraient vêtus de rouge, d'autre part à cause de la ressemblance entre son nom anglais (Santa) et "Satan"[14]

Enfin, d'autres estiment que découvrir que le Père Noël n'existe pas pourrait perturber les enfants, les amenant à croire qu'il existe une conspiration visant à cacher son existence.[15] On pourrait cependant penser que découvrir que le Père Noël n'existe pas serait une bonne préparation à la découverte que Dieu n'existe pas non plus, mais il est probable que ce n'est pas ce que les chrétiens souhaitent entendre. D'ailleurs, les chrétiens aiment à dire qu'à différence du Père Noël, il existe des preuve de l'existence de Dieu. Mais la vérité c'est que beaucoup de gens croient en Dieu pour la même raison pour laquelle ils ont cru au père Noël autrefois - parce que leurs parents leur ont présenté son existence comme une certitude.

Faut-il dire aux enfants que le père Noël existe? Les psychologues restent divisés sur cette question.

Croyance au père Noël et croyances religieuses[edit]

Le père Noël, Jésus et des copines.

On trouve des gens qui disent que faire une comparaison entre les croyances religieuses et la croyance au Père Noël est malhonnête, pensant que les athées qui font cette comparaison souhaitent présenter les croyances religieuses comme stupides et infantiles. Néanmoins, les deux présentent de nombreux éléments communs.

Comme la plupart des dieux, le père Noël est quasi-omniscient et capable d'être presque partout à la fois. Beaucoup de gens entendent parler du père Noël pour la première fois pendant l'enfance, à travers les histoires et les chansons qui leurs sont enseignées par des adultes de confiance. Ces histoires sont très attirantes pour les enfants du fait de leur messages de bonté et du côté réconfortant d'un personnage haut placé qui prêterait attention à chacun. Quant aux adultes, la promesse des cadeaux (ou la menace de ne pas en recevoir) est un puissant moyen d'action pour contraindre les enfants à bien se conduire.

Avec l'âge, les doutes sur l'existence du Père Noël s'accumulent (à mesure que différents éléments permettent d'interpréter autrement les "preuves" de son existence), jusqu'à ce que les parents finissent par avouer ce que les enfants soupçonnaient. C'est là que s'arrête la comparaison entre le Père Noël et une divinité, dans la mesure où il est beaucoup moins probable que les parents renient leur foi de la même façon.

666[edit]

Dans les pays anglophones, la signature sonore du Père Noël est le rire "HO HO HO", ce qui a conduit certains à faire la lien avec 666, le Nombre de la Bête, sur la base d'interprétations numérologiques[16] Malheureusement, ils ne semblent pas avoir remarqué que "Jésus" peut donner la même valeur suite à un savant triturage. Oups.[17] D'autre part, l'Apocalypse de Jean, où il est fait mention de ce chiffre, n'était pas écrit selon l'alphabet latin, mais grec, ce qui rend caduque les interprétaions numérologiques basées sur l'alphabet latin.[note 4]

Au pays des Soviets[note 5][edit]

Dans l'URSS, un personnage similaire au Père Noël, issu du paganisme, fut tout d'abord condamné comme trop chrétien, puis récupéré et converti en bon communiste.

Ded Moroz (russe: Дед Мороз; littéralement: «le grand-père Gel») est un personnage dont les origines remontent à la mythologie païenne slave. Au début, c'était une personnification de l'hiver, à l'attitude ambivalente: dans certaines histoires, on le voit enlever des enfants pour rançonner leurs parents. Mais au cours du temps, sous l'influence de la littérature populaire russe, il devint un vieil homme aimable et commença à amener des cadeaux aux enfants au lieu de les kidnapper. Il a commença à jouer le rôle joué par le Père Noël en Occident, apparement toléré par l'eglise orthodoxe russe.

Ded Moroz, vêtu de bleu par les Rouges. Logique.

Suite à la Révolution Russe de 1917, le pays était gouverné par des athées communistes, qui voyaient d'un mauvais oeil le vieux Ded Moroz. Quelques-uns trouvèrent que le vieillard à la barbe blanche avec ses promesses de récompenses pour ses croyants avait des côtés suspicieusement religieux, le lien de Ded Moroz avec la fête chrétienne du Noël n'améliorant pas les choses. En 1928, Ded Moroz fut officielment classifié comme un «allié du prêtre» et donc un ennemi de l'Union Soviétique athée.[18] Mais ce n'était même pas dix ans plus tard que des hommes politiques communistes dans l'URSS ont decidé que si on avait envie de fêter le Nouvel An de plus ou moins la même façon qu'on avait fêté avant le Noël il-n'y-avait pas de mal dédans. Ded Moroz était donc de retour! Afin de différencier ce personnage soviétique du père Noël américain, donc capitaliste, au costume rouge et blanc, c'était Joseph Staline lui-même qui a proclamé en 1937 que Ded Moroz serait toujours habillé de bleu. Lors de ses appartions à l'époque de Staline, Ded Moroz faisait généralement des discours dithyrambiques sur le communisme et Staline lui-même.[19]

Après la chute de l'Union Soviétique, quelques hommes politiques russes essayèrent de promouvoir l'idée que Ded Moroz personnifiait toutes les bonnes qualités du peuple de Russie, et soutinrent la supériorité de Ded Moroz face au Père Noël, à tous les aspects.[20]

Voir aussi[edit]

Versions en autres langues[edit]

If you're looking for this article in English, it can be found at Santa Claus.

Kristnaska Viro estas versio de ĉi tiu artikolo en Esperanton.

Papá Noel es la versión en español de este artículo.

Liens externes[edit]

Notes[edit]

  1. En effet son voyage à travers le monde est suivi par le NORAD chaque année. Il existe donc pour de vrai!
  2. Comment l'expliquer autrement ?
  3. Certains pourraient même penser que que l'hypothèse parentale est une excuse pour masquer les véritables intentions et sources de financement du Père Noël
  4. Quoique...
  5. En Russie soviétique, ce sont les enfants qui amènent des cadeaux au Père Noël

Réfèrences[edit]

  1. Jacqueline Howard, «How many kids still believe in Santa?» , CNN, le 19 décembre 2017
  2. Hunter Walker, «Poll shows almost half of Americans believe there is a 'War on Christmas'», Observer, le 12 décembre 2012
  3. Christine Lalumia, «Ten Ages of Christmas» sur BBC History
  4. «St. Nicholas of Bari, ancestor of Santa Claus» sur Italy Heritage
  5. «Who travels with St. Nicholas? sur St. Nicholas Center.org
  6. Felicity Morse, «Zwarte Piet: Opposition grows to 'Racist Black Pete' Dutch tradition» sur Huffington Post.co.uk, le 6 décembre 2012
  7. «Santa Claus» sur History.com
  8. Jacques de Voragine, La Légende dorée, traduction de Théodore de Wyzewa, (1911) sur Wikisource
  9. «Famine Relief or The Miracle of the Grain» sur St. Nicholas Center.org
  10. «La Légende de saint Nicolas» sur St. Nicholas Center.org
  11. «The Story of Santa Claus and Father Christmas - The English Father Christmas: A Separate Origin» sur Arthuriana.co.uk
  12. «Père Noël» sur Centre National de Resources
  13. «Jesus Christ vs. Santa Claus: Santa truly has been created to be a counterfeit Jesus to the Secular World»
  14. James L. Menton (1998) «Santa Claus and Satan's Cause»
  15. «Santa Claus versus Jesus Christ
  16. Commentaires sur Riding the Beast.com
  17. Numbers-666 sur Cosmos2000.chez.com
  18. «Ded Moroz; the story of the Soviet Santa Claus» sur ZME Science.com
  19. Elspeth Reeve, «Is Santa Claus now or has he ever been a member of the Communist party?», The Atlantic, le 12 décembre 2013
  20. Maura Reynolds, «Russian Santa suffers identity crisis», Los Angeles Times, le 1er janvier 1999