RationalWiki's 2020 Fundraiser

There is no RationalWiki without you. We are a small non-profit with no staff – we are hundreds of volunteers who document pseudoscience and crankery around the world every day. We will never allow ads because we must remain independent. We cannot rely on big donors with corresponding big agendas. We are not the largest website around, but we believe we play an important role in defending truth and objectivity.

If everyone who saw this today donated $5, we would meet our goal for 2021.

Fighting pseudoscience isn't free.
We are 100% user-supported! Help and donate $5, $20 or whatever you can today with PayPal Logo.png!

Donations so far: $1680Goal: $3500

Halloween (français)

From RationalWiki
Jump to: navigation, search
This is a French translation of Halloween.
Qu'aurait mis Jésus dans sa petite citrouille ? Aurait-il couru à l'église ou se serait-il caché quelque part dans le salon avec les lumières éteintes ?... Ou aurait-il pprofité de l'occasion pour partager son amour avec elle ?
—Légende sous une photo d'une petite fille avec une citrouille en plastique dans les mains sur le site de Chick Publications, éditeur de livrets chrétiens américain.[1] L'idée sous-jacente étant que les chrétiens peuvent donner des livrets religieux aux nombreux enfants qui vont à leurs maisons pour faire la chasse aux bonbons pendant la nuit d'Halloween.
Pourquoi des bonbons ? Ils seront sûrement ravis de recevoir des livrets religieux.
Gather 'round the campfire
Folklore
Icon folklore.svg
Folklore
Urban legends
Superstition

Halloween est une fête traditionelle célébrée le 31 octobre et observêe surtout aux États-Unis, au Canada, en Irlande et au Royaume-Uni. C'est le jour, ou plus précisement la nuit, quand les fantômes, les monstres, les sorcières et tout ce qui va avec sont en fête. C'est à Halloween que les enfants font la chasse aux bonbons, c'est à dire se déguisent et vont de porte en porte pour réclamer des friandises. C'est à Halloween qu'on utilise des citrouilles pour faire des lampions (appellés jack-o'-lanterns en anglais). Le grand jack-o'-lantern de couleur orange est actuellement le symbole le plus connu d'Halloween. Et c'est à Halloween que des films d'horreur de qualité vraiment discutable sont diffusés à la télé.

Le mot «Halloween» vient des mots écossais Hallow E'en, qui signifient signifie «la veille de la Toussaint».[2] , la Toussaint étant une fête catholique célébrée le 1er novembre.[note 1]

La nuit du diable[edit]

Halloween est la plus satanique de toutes les fêtes. En voilà la preuve !

Pour plusiers chrétiens fondamentalistes, Halloween est pour le moins un sujet de controverses. Un bon exemple est le cas de Jack Chick (1924–2018), artiste et scénariste de bande dessinée américain, fondateur et propriétaire de l'éditeur Chick Publications dont il était également le rédacteur en chef.[note 2] Chick Publications édite des livrets, souvent sous forme de petits albums de bande dessinée, dans le but de convertir les gens au christianisme, ou plus précisement au protestantisme évangélique tel que le conçoit Jack Chick. Les petits albums de bande dessinée de Chick Publications sont connus comme Chick tracts. Selon La Nuit du diable, un Chick tract sur Halloween disponible en anglais, français, allemand, espagnol et polonais, Halloween a commencé en Angleterre avant la christianisation du pays. Chick dit qu'en ce temps-là, les gens vénéraient un dieu de la mort squelettique nommé Saman qui était servi par des prêtres païens tout aussi sataniques - car, dans le monde de Chick, le satanisme et le paganisme préchrétien sont interchangeables. Selon le petit album, la chasse aux bonbons dérive des pratiques des prêtres païens qui visitaient les maisons des villageois la nuit du 31 octobre pour réclamer de la nourriture pour leurs dieux. Si le villageois ne donnait pas de nourriture, les prêtres prélevaient un de ses enfants pour en faire un sacrifice humain[note 3], laissant une citrouille [note 4] devant la porte des parents pour indiquer qu'on avait déjà reçu une offrande de la famille et qu'il n'était donc pas nécessaire de tuer un autre des leurs cette nuit-là.[3] On trouve également une histoire incorrecte de la fête dans Boo !, un autre Chick tract sur Halloween indisponible en français. Selon Boo !, les sacrifices humains à Halloween seraient toujours pratiqués de nos jours par les satanistes. Il y a énormément d'erreurs historiques dans le texte et les illustrations de Boo !, avec notamment une illustration où on voit un druide de la Grande-Bretagne celtique avec un ânkh égyptien dans la main.[4] Les mêmes mensonges à propos d'Halloween se trouvent aussi dans Spellbound? ("Ensorcelé ?"), un album de bande dessinée de Chick Publications paru en 1975. Selon Spellbound?, les druides ont aussi créé la musique rock. La source principale des désinformations qu'on trouve dans Spellbound? est John Todd (1949–2007), un chrétien fondamentaliste américain qui a prétendu avoir été sataniste autreois, un croyant aux théories du complot et un pédophile condamné à trente ans de prison pour viol.[note 5]

On trouve à peu près la même chose dans le livre Halloween du pasteur américain David Brown, paru en 1998. Selon le livre de Brown, la chasse aux bonbons était à l'origine une façon de recueillir de la nourriture pour les démons, [5] la figure anthropomorphe et squelettique de la Mort qu'on connait aujourd'hui étant autrefois le dieu celtique Saman ou Samhain[note 6][5] ; les costumes seraient une imiitation des peaux de bêtes portées par les participants aux anciennes cérémonies de sacrifice.[5] De plus, d'après une source non citée, Brown affirme que les citrouilles servaient à identifier les maisons dont les occupants avaient des sympathies satanistes.[5]

Le commentateur néo-païen Kerr Cuhalain a répondu aux affirmations de David Brown. Selon Cuhalain, Samhain (ou, en bon français, Samain[6]) n'était pas un dieu de la mort, mais une divinité mineure associée aux bovins. Le dieu de la mort des Celtes était Gwynn Ap Nudd, Bile, Donn, Beli ou Arwan selon les lieux. Selon Cuhalain, il est possible que l'idée d'un dieu de la mort nommé Samhain ne remonte qu'à 1973, date de publication du roman fantastique de Ray Bradbury L'Arbre d'Halloween (titre original: The Halloween Tree), dans lequel on parle de ce dieu, a paru.[7] Ce qui est bien certain c'est que le mot «Samhain» existe depuis fort longtemps: le mot Samainos, le nom d'un mois d'été, se trouve sur calendrier de Coligny, un calendrier fait en Gaule romaine au IIême siècle.[8] Il semble donc prouvé que Samhain était un mois ou une saison, mais pas qu'il s'agissait un dieu de la mort. L'association de Samhain avec un dieu celtique de la mort semble remonter à Charles Vallancey, un ingénieur militaire britannique qui rapporta incorrectement les langues et les traditions des peuples celtiques de l'Europe ancienne dans le livre Collectanea de rebus hibernicis («Collection des choses irlandaises»), paru en 1786.[9] La chose la plus importante lors de la fête de Samhain, comme lors de la fête de Beltaine,[note 7] était le feu. Aujourd'hui au Royaume-Uni, la fête des feux est la Guy Fawkes Night, la nuit où on fête l'échec de la Conspiration des poudres en 1605, cinq jours après Halloween.[note 8] Dans plusieurs régions de la Grande-Bretagne, les traditions de Samhain et d'Halloween furent oubliées pendant longtemps avant de revenir au Royaume-Uni pendant les dernières décennies du XXème siècle grâce à l'influence de la culture populaire américaine.[10]

La raison pour laquelle l'association d'Halloween avec la mort existe de nos jours est qu'elle est, par son nom même, la veille de la Toussaint, une fête catholique en l'honneur de tous les défunts qui sont actuellement au paradis avec Jésus-Christ. Au Mexique, probablement sous l'influence des traditions aztèques et des autres peuples de la Mésoamérique, la Toussaint est devenu le Jour des morts.[note 9] Les traditions d'Halloween aux États-Unis ont changé grâce à l'influence du Jour des morts mexicain. Les Aztèques sont donc les principaux responsables de l'association d' Hallowen à la mort, pas les peuples celtiques de l'Europe.[10] La diabolisation d'Halloween par les fondamentalistes est d'ailleurs plutôt bizarre, étant donné que la mort, la résurrection et la vie après la mort sont des éléments très importants du christianisme; on pourrait donc s'attendre à ce qu'une fête intégrant ces éléments fasse partie du calendrier chrétien.

D' autres source de désinformation sur Halloween par des chrétiens fondamentalistes sont le livre Halloween and Satanism («Halloween et satanisme») de Phil Phillips,[note 10], paru en 1987, et le disque de Mike Warnke A Christian Perspective on Halloween («Halloween du point de vue chrétien»), sorti en 1975. Mike Warnke est encore un chrétien fondamentaliste américain qui prétend avoir été sataniste autrefois.[note 11]

En 2011, Paul Ade, un pasteur canadien de Calgary, créa Jesus Ween comme une fête alternative pour les chrétiens le 31 octobre, quoique le sens de Ween ne soit pas très clair (et le sens de Hallo non plus, du coup). On conseille aux participants à Jesus Ween de ne pas porter de costumes le 31 octobre, mais de porter de vêtements blancs en signe de vertu; il est également recommandé de donner des Bibles aux enfants au lieu de friandises.[11] Jesus Ween a attiré l'attention des médias Nord-Américains en octobre 2011. L'idée de Jesus Ween a même été tournée en dérision dans un sketch comique du talk-show américain Jimmy Kimmel Live, dans lequel on voit des enfants à l'air très triste vêtus de vêtements blancs. Un garcon dit sans aucun enthousiasme que Jesus Ween est mieux qu'Halloween , une fille est visiblement déçue quand elle reçoit une Bible au lieu des bonbons. Peu avant la fin du sketch, tous les enfants disent, «Je suis un Jesus Weener».[12] La prononciation de Weener est la même que celle de wiener qui, aux États-Unis, désigne la saucisse qu'on trouve dans les hot-dogs (saucisse viennoise) et, par extenion, "pénis" ou "personne désagréable"[13] Ce nom idiot[note 12] qu'on peut traduire comme «le zob de Jésus» ou «les emmerdeurs de Jésus» est peut-ëtre l'une des raisons de l'insuccès relatif de Jesus Ween

Mais les fondamentalistes chrétiens ne sont pas les seuls à faire des crises de nerfs à ce sujet . Il se trouve également des musulmans prêts à reprendre les mêmes sottises que leurs confrères chrétiens.[14]

Voir aussi[edit]

Versions en autres langues[edit]

If you're looking for this article in English, it can be found at Halloween.

Haloveno estas versio de ĉi tiu artikolo en Esperanton.

Halloween (español) es la versión en español de este artículo.

Liens externes[edit]

Notes[edit]

  1. Voir l'article sur la Toussaint sur Wikipédia en français.
  2. Voir l'article sur Jack Chick en anglais.
  3. Et pourtant ils avaient forcément de la nourriture, puisqu'ils nourrissaient leurs enfants !
  4. La citrouille était inconnue en Europe avant la découverte de l'Amérique au XVème xiècle. Le texte de la version originale de La Nuit du diable en anglais ne dit pas «une citrouille» mais «quelque chose un peu comme une citrouille» (something like a pumpkin). La traduction française dit tout simplement, «une citrouille». En tous cas, les illustrations représentent clairement une citrouille.
  5. Voir l'article sur John Todd en anglais.
  6. En bon français, on écrit Samain.
  7. Voir l'article sur Beltaine sur Wikipédia en français.
  8. Voir l'article sur Guy Fawkes Night sur Wikipédia en français.
  9. Voir l'article sur le Jour des morts sur Wikipédia en français.
  10. Voir l'article sur Phil Phillips en anglais.
  11. Voir l'article sur Mike Warnke en anglais.
  12. Comme noté plus haut, le mot «Halloween» vient des mots Hallow et E'en, pas de Hallo et Ween.

Références[edit]

  1. Version originale: What would Jesus drop into her pumpkin?Would Jesus run off to the church or hide back in the TV room with the lights off?... or would he use the golden opportunity to share his love with her? Citation sur Fundies Say the Darndest Things.
  2. Halloween sur Etymology Online.
  3. La Nuit du diable en anglais et en français sur Chick.com
  4. Boo ! sur Chick.com
  5. 5.0 5.1 5.2 5.3 David Brown, "Halloween Specifics" sur Logos Resource Pages
  6. Voir l'article sur Samain sur Wikipédia en français
  7. Kerr Cuhalain, "David Brown (1)" sur Witches' Voice
  8. Voir l'article sur le Calendrier de Coligny sur Wikipédia en français
  9. Lisa Norton (2012) Trick or Treat: A History of Halloween, Reaktion Books Ltd., page 9
  10. 10.0 10.1 Ronald Hutton (1996) Stations of the Sun: A History of the Ritual Year in Britain, Oxford University Press, ISBN 0192880454, page 363
  11. "'Jesus Ween' - Christian Group Promotes Godly Alternative to Halloween". The Huffington Post, le 10 octobre 2011
  12. Le sketch au sujet de Jesus Ween de Jimmy Kimmel Live sur YouTube
  13. Wiener sur Wiktionnaire en français
  14. "Why Muslims should have nothing to do with Halloween" sur YouTube