Information icon.svg Consider taking the RationalWiki Community Survey 2017 or see the results.

Argument de l'ami

From RationalWiki
Jump to: navigation, search
Dame! Un expert en (in)tolérance!
Part of the series on
Logic and rhetoric
Icon logic.svg
Key articles
General logic
Bad logic
Je ne suis pas un meurtrier; certains de mes meilleurs amis sont vivants.
—Sean Lock

L' argument de l'ami est un argument utilisé par certaines personnes qui veulent affirmer leurs affinités avec un groupe, en mentionnant leurs "amis" appartenant à ce groupe. Cet argument est fréquemment utilisé pour s'absoudre de toute suspicion de racisme, xénophobie ou tout autre sorte de prejugé. C'est une forme particulière du "Je n'ai pas de préjugé, mais...".

Examples[edit]

Ces phrases sont des arguments typiques:

  • Je ne déteste pas les noirs. J'ai beaucoup d'"amis" noirs. Mais...
  • Je ne suis pas homophobe. J'ai un "ami" gay , et il est tout à fait OK avec cela. Mais...[1]
  • Certains de mes amis sont athées. Mais...

C'est un des moyens les plus pratiques pour désamorcer toute accusation de préjugé. Le raisonnement est que quelqu'un ne peut pas avoir de préjugés sur une population s'il a des amis issus de cette population; s'ils avaient réellement des préjugés sur un groupe entier, aucun membre de ce groupe ne le supporterait. Dans un exemple plutôt absurde, quelqu'un peut citer un exemple spécifique qui excuse un comportement général, du type "Comment puis-je être misogyne, j'adore ma mère."- ou, dans un exemple encore plus absurde "Je ne suis pas sexiste- après tout, toutes mes petites amies étaient des femmes." Bien que cette façon de penser puisse être vraie pour quelqu'un qui n'a vraiment aucun préjugé, ce n'est pas un bon argument pour le prouver – et cela n'excusera certainement pas quelqu'un qui a réellement des préjugés. Cet argument peut être utilisé "en faveur" de la personne soupçonnée, mais ce ne sera jamais une "preuve". Le sophisme sous-jacent est qu'une seule donnée, ce seul "ami", primerait sur toutes les autres pour examiner les opinions d'une personne. C'est tout simplement un raisonnement invalide. La présence (ou non) d'un préjugé est déterminée parce qui suit le "Mais..." dans les exemples ci-dessus, pas ce qui est dit avant.

Souvent, l'excuse est accompagnée du fait que cet hypothétique ami n'est "pas comme les autres" membres du groupe victime de la discrimination. Ce serait comme dire "J'ai un ami musulman , mais il n'est pas comme les autres musulmans car il ne fait pas s'écraser les avions dans les immeubles," ou "mon ami est athée mais il ne prêche pas comme Dawkins et compagnie!" Cela révèle surtout d'où viennent les préjugés de quelqu'un à l'égard d'un groupe; anecdotes, choix limités aux "mauvais", ou stéréotypes. En fait, une personne utilisant cet argument se rend coupable de créer un préjugé contre un groupe entier en ne montrant que quelques exemples qui confirment sa vision des choses.

Avoir un ami appartenant à une population n'est pas incompatible avec le fait d'avoir des préjugés sur ce groupe – et c'est la clé du paralogisme. Un prejugé est étymologiquement un "pré-jugement" de quelqu'un, basé sur des informations générales qui peuvent ne pas s'appliquer à cet individu. Cela peut peut aller d' une conclusion relativement inoffensive ("il est gay, il doit aimer la mode") , à une autre très offensante ("il est noir, il va me battre"). Cependant, une fois qu'on a dépassé le stade du préjugé, on peut changer d'avis à propos d'une personne. Dans de nombreux cas, cela peut invalider le préjugé, mais dans le cas des gens qui utilisent l'argument de l'ami, le préjugé est juste retourné contre une personne, si ce n'est un peu plus. Dans une telle situation, le préjugé , le pré-jugement d'une population, reste. C'est pourquoi affirmer avoir un ami d'une population particulière n'excuse ni le racisme, ni l'homophobie, ni aucun autre préjugé; on ne peut pas avoir de pré-jugement sur quelqu'un que l'on connaît déjà, mais on peut toujours en avoir sur celles que l'on ne connaît pas.

Les amis noirs de la Confédération[edit]

Un affirmation souvent avancée dans les tracts de Lost Cause est qu'il y avait des milliers de soldats noirs combattant aux côtés de la Confédération. Le nombre, bien sûr, est très exagéré. Bien que des cas de soldats noirs confédérés puissent être trouvés, l'idée de régiments noirs entiers est un mythe et nombre de généraux sudistes rejetèrent cette idée. Dans nombre de ces cas, il s'agissait d' esclaves et serviteurs noirs reconvertis en soldats.[2][3] On pourrait dire que ces soldats imaginaires sont les "amis noirs" des confédérés.

Article connexe[edit]

New logo.png
If you were looking for this article in the English language, it can be found at Friend argument.

Liens externes[edit]

Notes et références[edit]